VIDÉO

REPORTAGE : UNE HISTOIRE EXTRAORDINAIRE !

11/06/2019
Les émouvantes retrouvailles d’un vétéran américain et d’une Française 75 ans après la guerre
Lors d’un reportage sur un vétéran de la seconde guerre mondiale, France 2 a réussi à réunir deux amoureux... 75 ans plus tard.

C’est en marge d’un autre reportage que l’histoire est née. Il y a quelques semaines, une équipe de journalistes du JT part au États-Unis filmer le portrait d’un ancien combattant ayant participé au débarquement de Normandie en 1944. Chez lui, K.T. Robbins ressort ses photos de l’époque et raconte ses souvenirs de guerre. Parmi les clichés, celui d’une jeune femme, Jeannine, 18 ans, son amour de jeunesse, rencontrée alors qu’il stationnait avec son régiment à Briey, en Meurthe-et-Moselle.

Jeannine est toujours vivante
"Elle était d’une grande douceur et je pense qu’elle m’a aimé", se remémore le vétéran. Les deux jeunes gens se sont aimés pendant deux mois, avant que le soldat ne soit envoyé sur le front de l’Est. Un "au revoir" transformé en adieux : ils ne se sont jamais revus. De retour en Amérique, K.T. Robbins s’est marié et a eu des enfants, sans jamais oublier son premier amour. Il est aujourd’hui veuf.

"Elle, je ne la verrai sans doute pas, elle doit être décédée."
Touchés par cette histoire, les journalistes entreprennent des démarches pour retrouver la femme de la photo, ou sa famille. Au bout de quelques jours, leur travail paye : Jeannine Ganaye est toujours vivante. Veuve et âgée de 92 ans, elle réside dans une maison de retraite de Montigny-Les-Metz, en Moselle.

Alors que K.T. Robbins est invité en France pour assister aux commémorations du Débarquement en Normandie, l’équipe de France 2 lui fait la surprise de l’emmener retrouver son amour de jeunesse.

Les retrouvailles sont à la hauteur des décennies passées loin l’un de l’autre. Soixante-quinze ans après leur séparation, les deux amoureux se serrent dans leurs bras et se couvrent de mots doux comme au premier jour.

"Je t’ai toujours aimée", murmure K.T. Robbins, très ému.

"Il dit qu’il m’aime, j’ai compris ça", répond celle qui, après la guerre, a appris des rudiments d’Anglais, dans l’espoir de revoir son bel Américain.

"J’ai toujours pensé à lui, en me disant peut-être qu’il va revenir. Quand il est parti dans le camion, j’ai pleuré bien sûr, j’étais très triste. J’aurais aimé qu’après la guerre il ne retourne pas en Amérique."
Mais pourquoi K.T. est-il resté si longtemps sans lui écrire, sans revenir, s’interroge encore Jeannine  ? "Vous savez, quand vous vous marriez, après, vous ne pouvez plus le faire", répond ce dernier. L’attente a aujourd’hui pris fin.

"C’est une petite histoire dans la grande histoire", témoigne, les larmes aux yeux, l’une des filles de Jeannine Ganaye.

Après quelques heures passées ensemble, les deux amoureux ont de nouveau dû se séparer. Un au revoir fait de longues minutes de tendresse et de larmes. "Jeannine, je t’aime ma chérie", lance une dernière fois le vétéran. À demi-mots, Jeannine et K.T. se sont promis de se revoir.